ALLEMAGNE 01

1. Introduction

Au cours des 30 dernières années, l'industrie des bovins laitiers a été étendue à grande échelle. Bien avant que la succession actuelle ait lieu, le successeur assumait la majorité des responsabilités de la ferme. En plus des activités d'agriculture, le successeur fournissait des services pour le matériel d'écurie. Tel était l'axe principal de l’entreprise familiale avant la relève en 1993. L’esprit d'entreprise a augmenté au fil des générations. Le fils de l'entrepreneur actuel est déjà intégré dans l'entreprise, il prend des décisions et participe à toutes les discussions et négociations.

2. Profil du promoteur

Nom n.n.
Age 50
Sexe Masculin
Education Agriculteur; Formation additionnelle en psychologie et soin des personnes touchées par des situations d'urgence.
Etat civil Marié
Âge des enfants 22, 18 et 10

3. Profil de la ferme

Adresse La Bavière en Allemagne
Superficie de la ferme en ha 60 ha
Date depuis laquelle la famille possède la ferme Depuis plus de 4 générations
Nombre d’ouvriers de la ferme (Membres de la famille) 1 (A plein temps) 2 (A temps partiel/ saisonniers)
Nombre d’ouvriers de la ferme (En dehors de la famille) 0

DESCRIPTION DE LA FERME AVANT LA SUCCESSION

Au moment de la remise de la ferme, elle était en mauvais état. Le prédécesseur n’avait pas investi dans la ferme, par contre il s'est plutôt concentré sur son activité professionnelle complémentaire. Ainsi, dès l'âge de 16 ans, le successeur et sa mère, qui géraient pratiquement la ferme, étaient les gens d'affaires. De plus, le successeur a également travaillé à temps partiel pour d'autres agriculteurs et sur des chantiers de construction. Il a placé ses épargnes dans l’entreprise agricole afin de pouvoir acheter le matériel technique nécessaire. La succession a eu lieu 4 semaines avant son mariage. Au moment de la remise de la ferme la superficie des terres agricoles était 22ha (dont 13ha appartenaient au successeur), avec 28 vaches laitières et leurs veaux.

DESCRIPTION DE LA FERME APRÈS LA SUCCESSION

Depuis la succession, l’activité s'est considérablement améliorée. Ils ont construits une nouvelle écurie et une nouvelle maison, ils ont achetés 7 ha de terres agricoles et, en outre, une technologie supplémentaire a été acquise. La qualité du sol a été définie et analysée. Enfin, la totalité de la ferme s'est convertie à l'agriculture biologique. Le développement des affaires s'est avéré très difficile et s'est tenue parallèlement à la création de la famille du successeur. Ses trois enfants sont âgés de 22 à 10 ans et son épouse a 46 ans. La famille habite une maison spacieuse et nouvellement bâtie. La phase de succession fut une très bonne expérience et, à l'heure actuelle, ils sont en cours de préparation pour la prochaine succession. Aujourd'hui, l’exploitation compte 65 vaches laitières et environ 60ha de terres agricoles sont cultivées selon le mode de production biologique.

4. Procédure de succession

Le successeur aurait préféré avoir plus de temps pour conclure dans la décision. Toutefois, en raison de l'imminence de son mariage et la création de sa famille il s’est senti sous pression supplémentaire afin d'accélérer le processus. La relève avait été mal préparée, en tant qu'aucune communication n’a eu lieu à cet égard. 

Son épouse avait eu des moments difficiles avec sa mère. La performance exceptionnelle du successeur avant ou après la succession n’a pas été grandement appréciée ou reconnue. Avant la succession, le successeur était simplement un très bon travailleur. Il ne connaissait pas la rentabilité de la ferme.

Le successeur ne connaissait pas les détails de l'opération avant la date de la succession. Il gagnait d'argent en travaillant pour d'autres agriculteurs et des institutions rurales à temps partiel. Dans la ferme, il avait bénéficié de la gratuité du logement et de la nourriture. À cet égard, il a toujours été rassuré par les mots suivants: « Le moment venu, cette exploitation deviendra la vôtre ! »

Dans ce contexte, le successeur a repris une « boîte noire » en 1993. Malheureusement, la succession n'a pas été reconnue de manière raisonnable. À la suite de la rencontre avec le notaire, le successeur est rentré au chantier de construction. 

Suite à la succession, les relations entre toutes les parties impliquées n'étaient pas particulièrement bonnes, mais ils étaient néanmoins acceptables. Les frères et sœurs plus jeunes du successeur ont reçu une indemnisation en argent. Tous ont accepté la situation. Rien d'autre n'aurait pas été favorable, ni pour la famille ni pour le développement des affaires. Le successeur avait déjà élaboré sa propre voie avant la remise, et avait une vision claire de l'avenir de ses affaires dans le secteur des cultures biologiques. Considérée a posteriori - comme la situation actuelle est meilleure, tant la famille que l'entreprise ont évolué- la procédure de la succession était mauvais, mais le résultat est très bon. Cependant, la situation engendrée immédiatement après la remise de la ferme était mauvaise, ainsi qu’un défi économique et humain. Les leçons qui en ont été tirées ont déjà produit des résultats. Le successeur a déjà envoyé son fils, qui a 22 ans, dans une société opérationnelle afin de fonder la prochaine relève sur une connaissance pratique et connaissance en comptabilité approfondie de la société.

Menaces/Défis

Avant la date de la succession, aucune information n'a été communiquée au successeur sur la situation économique, les actifs et les passifs. En raison de ce manque d'information et le mauvais état des bâtiments et de la technologie, il était très difficile de développer l'entreprise en vue d'une croissance future. Même la situation actuelle était inconnue.

Situation du logement : initialement trois générations vivaient sous un même toit. Ça a bien marché parce que toutes les parties - notamment le successeur et son épouse - ont contribué à apaiser les tensions. La proximité étroite, même après le travail, entre les membres de la famille a été particulièrement problématique, comme il y a eu des problèmes. Après le déménagement dans une résidence nouvellement construite, leurs relations se sont considérablement améliorées.

Formation principale/Aptitudes/Compétence

Il est très important d’accumuler de l'expérience en dehors de votre propre entreprise. Ces connaissances sont irremplaçables, comme elles donnent beaucoup de matière à réflexion sur vos activités sur la ferme.

Échange avec les agriculteurs / consultants : lorsque l’entrepreneur n’avait pas un modèle entrepreneurial, c'était à la fois nécessaire et bénéfique de chercher des alternatives, et également considérer des autres aspects, procédures et approches pendant son travail à temps partiel.

 

“Le prédécesseur et le successeur doivent communiquer entre eux beaucoup plus souvent. Les discussions répétées entre les acteurs concernés, le droit égal à l'information et la communication des informations complètes et concrètes pour tous sont une base forte utile, qui élimine l'aspect émotif et permet d'en avoir une perception objective” 

“Rien ne peut garantir le bon déroulement du processus ». Mais d'autre part, cela dépend également du point de vue duquel on se place. Vous devez réaliser que le verre est à moitié plein. Une attitude positive est une aide précieuse!”

CONSEIL

5. Considérations, aptitudes/compétences impliquées dans la procédure de succession et requêtes/question

HAUT